Tu ne tueras point, le combat d’un objecteur de conscience

Tu ne tueras pointUn film de Mel Gibson
Date de sortie : 9 novembre 2016
Avec Andrew Garfield, Vince Vaughn, Teresa Palmer
Durée : 2h20

Synopsis :

Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer.

Mais sous les railleries de ses camarades et l’incompréhension de sa hiérarchie, lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda, il a réussi à sauver des dizaines de vies seul sous le feu de l’ennemi, ramenant en sureté, du champ de bataille, un à un les soldats blessés.

Notre avis sur le film :

Même si l’on n’a pas lu le synopsis ni entendu parler de l’histoire vraie de Desmond Doss, le titre et l’affiche du film de Mel Gibson ne nous trompent pas : on a affaire à un film de guerre. Pourtant, toute la première partie s’attache à nous faire découvrir un personnage étonnant, un jeune homme prénommé Desmond qui tente de se forger une identité et des convictions sous les coups répétés d’un père alcoolique et d’une mère aimante mais effacée. Tu ne tueras point est un commandement de Dieu et une règle de vie qu’il s’est fixée. Ainsi, même si son engagement sous les couleurs de l’Amérique dans la guerre qui fait rage de l’autre côté du Pacifique est évident pour lui, il refusera toujours cette violence qui l’amènerait à tuer. Cette première partie, presque légère et poétique, durant laquelle il va faire la rencontre de sa future femme (interprétée par la ravissante Teresa Palmer), s’oppose à la dureté du champ de bataille où ne règnent que violence, mutilation et mort. Pourtant, c’est là qu’il va se révéler en tant qu’objecteur de conscience, faire accepter ses croyances et acquérir le respect de ses pairs. La scène de la bataille d’Okinawa est digne des plus grands films de guerre, d’une horreur absolue qu’elle en vient presque à nous étourdir. Rien n’est épargné au spectateur et cette deuxième partie se révèle l’antithèse de la première où seuls les liens avec sa femme et ses croyances ramènent Desmond à son ancienne vie et le pousse à sauver toujours davantage de vies. Encore un… Un film épique, sanguinolent, d’une rare violence par moments, mais qui nous confronte à la dure réalité de la guerre où l’alternative est de tuer ou d’être tué. Desmond Doss a montré qu’il existait une autre voie… Clairvoyant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *