Vaiana, la légende du bout du mondeUn film d’animation de John Musker, Ron Clements
Date de sortie : 30 novembre 2016
Avec les voix de Cerise Calixte, Anthony Kavanagh, Adrien Antoine
Durée : 1h47

Synopsis :

Il y a 3 000 ans, les plus grands marins du monde voyagèrent dans le vaste océan Pacifique, à la découverte des innombrables îles de l’Océanie. Mais pendant le millénaire qui suivit, ils cessèrent de voyager. Et personne ne sait pourquoi…
Vaiana, la légende du bout du monde raconte l’aventure d’une jeune fille téméraire qui se lance dans un voyage audacieux pour accomplir la quête inachevée de ses ancêtres et sauver son peuple. Au cours de sa traversée du vaste océan, Vaiana va rencontrer Maui, un demi-dieu. Ensemble, ils vont accomplir un voyage épique riche d’action, de rencontres et d’épreuves… En accomplissant la quête inaboutie de ses ancêtres, Vaiana va découvrir la seule chose qu’elle a toujours cherchée : elle-même.

Notre avis sur le film :

Autant le dire d’emblée, on ne s’attendait pas à ça. Disney continue de nous surprendre depuis quelques années et, loin de juste transposer sa nouvelle histoire dans un décor idyllique, sort de (ses) sentiers battus pour proposer quelque chose de radicalement différent. Immédiatement, on est frappé par la perfection technique de l’ensemble qui permet au film de délivrer une émotion perceptible dès les premières scènes, notamment lorsque la petite Vaiana découvre l’océan. Plus tard, loin de refuser les responsabilités qui l’attendent, elle sait qu’une quête dangereuse l’attend et qu’elle doit l’entreprendre même face à l’interdiction de sa famille. Vaiana n’est pas juste une jeune fille rebelle, elle est libre, impétueuse et décidée à changer le monde. Elle trouvera sur sa route le demi-dieu Maui, imbu de sa personne, mais n’étant pas parvenu à accomplir sa mission seul. Loin des clichés habituels (même si humour au ras des pâquerettes et chansons sorties de nulle part sont toujours au rendez-vous chez Disney), Vaiana nous livre une quête de soi, un voyage initiatique pour découvrir qui l’on est et ce qui nous relie aux autres. Et ce n’est pas rappeler la trilogie Dragons. On ne reste pas dans son coin par prudence ou par peur, mais on fait le choix d’aller vers l’autre pour tenter de changer les choses et de se trouver soi-même. Et, malgré les dangers et certaines déconvenues, c’est souvent le meilleur qui triomphe. Une réussite !