Souvenirs de Marnie, ma vie n’est pas celle que j’avais imaginée

Souvenirs de MarnieUn film de Hiromasa Yonebayashi
Date de sortie : 2015
Avec Kasumi Arimura, Sara Takatsuki, Nanako Matsushima
Durée : 1h44

Synopsis :

Anna, jeune fille solitaire, vit en ville avec ses parents adoptifs. Un été, elle est envoyée dans un petit village au nord d’Hokkaïdo. Dans une vieille demeure inhabitée, au cœur des marais, elle va se lier d’amitié avec l’étrange Marnie…

Notre avis sur le film :

Anna est une jeune fille renfermée sur elle-même et ses parents adoptifs ressentent son mal-être, sa difficulté à se faire des amis, son besoin de rester à l’écart. En outre, la vie citadine qu’elle doit mener n’est pas compatible avec son asthme ; elle va donc être envoyée à la campagne, au nord d’Hokkaïdo, chez un couple simple et charmant, toujours de bonne humeur. Là-bas, elle va faire la connaissance de Marnie, qui semble habiter la maison au bout du marais… Je dis semble car on n’arrive pas à savoir si Marnie existe réellement : par moments, elle est si réelle de par les aventures qu’elle vit avec Anna et à d’autres, sa maison se révèle abandonnée, sans vie, sans histoires. Anna pourrait-elle l’avoir inventée ? Le scénario est très subtile et l’on échafaude des plans pour tenter de comprendre qui est réellement Marnie, cette belle et énigmatique jeune fille blonde. On en profite néanmoins pour constater combien son amitié fait du bien à la farouche Anna : pour la première fois, une personne compte vraiment pour elle et la retrouver remplit son cœur de bonheur. Et surtout, on suit l’histoire d’Anna qui nous est dépeinte dans un décor somptueux, où chaque détail a sa place et ne touche jamais au superflu, d’une tomate cueillie dans le potager à un mystérieux journal auquel il manque des pages… Les couleurs et la qualité de l’animation donnent à ce film cette teinte si particulière, entre nostalgie, amitié et quête de sens, où tout s’imbrique merveilleusement bien jusqu’au dénouement, il faut le dire, inattendu, mais tellement plein de réalisme. Tout en introspection, ce film provoque en nous des réminiscences de notre enfance, ces moments que l’on aurait aimé vivre et ceux que l’on a vécus et qu’on a trouvé trop courts. Marnie est une ode à la vie, aux souvenirs et à la présence d’une réalité quotidienne dans laquelle il faut évoluer sans crainte. Savoir d’où l’on vient pour comprendre où l’on va. L’animation japonaise nous gratifie une fois encore d’un film magnifique, poussant à la réflexion, peut-être davantage destiné aux ados et aux adultes qu’aux enfants, mais toujours doté d’une justesse et d’une beauté étonnantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *