L’ombre du mal, un serial-killer dans l’ombre de Poe

L'ombre du mal - afficheUn film de James McTeigue
Date de sortie : 20 juin 2012
Avec John Cusack, Luke Evans, Alice Eve
Durée : 1h51

Synopsis :

Edgar Allan Poe n’aurait jamais imaginé qu’un de ses « admirateurs » serait assez fou pour recréer les horribles crimes nés de ses délires littéraires ; assez pervers pour l’obliger à devenir son biographe et à narrer par le menu ses sanglants exploits, mis en scène avec une précision diabolique ; assez cruel pour lui enlever la femme de sa vie et l’ensevelir en lui laissant tout juste quelques heures pour la sauver… Pour un écrivain, rien n’est plus troublant que de voir ses fictions prises au pied de la lettre, et ses personnages de fiction s’incarner dans le monde réel. Mais pour l’auteur des « Histoires extraordinaires », l’enjeu est de retrouver au plus vite son « double » démoniaque pour éviter de sombrer lui-même dans une folie sans retour…

Notre avis sur le film :

Un film intéressant certes, mais d’une intensité inégale. Lorsque le détective Fields découvre que le meurtre horrible d’une mère et à sa fille ressemble point pour point à une histoire du journal local, il fait appel à l’écrivain, le déjà célèbre Edgar Allan Poe. Ce dernier est d’abord suspecté puis innocenté lorsqu’un second meurtre tout aussi sordide survient. Le détective demande donc à Poe de l’aider dans ses recherches pour démasquer le serial killer qui s’inspire de ses histoires. Au moment où la promise de l’écrivain est enlevée, Poe comprend alors qu’il n’a d’autre choix que de mettre à profit ses talents pour la sauver. On découvre un John Cusack campant un Edgar Poe tourmenté, parfois violent et très porté sur la bouteille. Malgré tout, on n’arrive pas à le sentir complètement investi dans ce rôle qu’il surjoue parfois tant les tirades – en partie extraites des écrits de Poe – paraissent lues et non vécues. En somme, il se dégage une sorte de distance même dans certains moments critiques. Néanmoins, le film reste un bon thriller, prenant et intriguant. Côté réalisation, là encore, après un démarrage poussif, l’intensité ne monte pas crescendo jusqu’au dénouement mais plutôt sous forme linéaire d’étapes – meurtres, indices… – et on se demande bien quand Poe va finir par démasquer le tueur. Cette construction ajoute donc quelques longueurs inutiles et n’explique pas pour autant des revirements d’attitudes de la part de certains protagonistes, limitant ainsi leur crédibilité. Quelques scènes enfin, sont à déconseiller aux plus jeunes tant la violence des meurtres est montrée sans fard, fidèle à l’écriture de Poe. Divertissant tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *