Nos étoiles contraires, ou comment vivre un petit bout d’éternité…

Nos étoiles contrairesUn film de Josh Boone
Date de sortie : 20 août 2014
Avec Shailene WoodleyAnsel ElgortNat Wolff
Durée : 2h05

Synopsis :

Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Notre avis sur le film :

Une belle découverte que ce film de rentrée : on aurait pu le penser triste, démoralisant, c’est en fait tout le contraire. Il est porteur d’une certaine joie de vivre et de la capacité des deux ados à tirer des souvenirs d’éternité des moments passés ensemble. On n’oublie jamais la maladie qui les ronge, qui les fait souffrir et les prive de vivre pleinement leur jeunesse, leur vie. Mais elle s’estompe au gré des rires, des balades, des instants précieux qu’ils se créent. Ils parviennent même à se trouver un but commun, raisonnable, et ils feront tout pour l’atteindre. Ils profitent de moments simples mais nouveaux et inattendus. Leur histoire nous emmènera jusqu’aux ruelles de la belle cité hollandaise d’Amsterdam où, entre musée et restaurant, ils tenteront d’atteindre leur but, leur rêve.

Le livre est tiré du best-seller de John Green et les critiques du Monde et de Télérama oscillant entre l’incapacité à comprendre un film compréhensible et la force de propos inutilement dégradants, ne pouvaient que m’inciter à voir ce film. J’ai été conquis par une Shailene Woodley très juste, sachant faire oublier sa prestation réussie bien que dans un registre très différent dans Divergente. Elle parvient à exprimer des instants de magie avec Gus et à les communiquer au spectateur, sans jamais nous laisser oublier qu’elle ne peut avancer sans surplus d’oxygène. On se rend compte également que, même si la vie n’a de prime abord pas été tendre avec vous, ni elle ni ceux qu’elle vous fera rencontrer, n’apaiseront nécessairement ces douleurs. C’est à chacun de trouver sa voie et de choisir ceux qui la rendront la meilleure possible. « Tu m’as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j’en suis heureuse. » Ok ? Ok.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *