Moi, moche et méchant 3, suite et fin ?

Moi moche et méchant 3Un film de Pierre Coffin, Kyle Balda
Date de sortie : 5 juillet 2017
Avec les voix de Gad Elmaleh, Audrey Lamy, David Marsais
Durée : 1h30

Synopsis :

Alors que Gru, totalement déprimé par sa mise à pied, tente de trouver une nouvelle voie, un mystérieux individu se présente pour l’informer du décès de son père. Dans la foulée, il lui annonce l’existence d’un frère jumeau prénommé Dru qui a exprimé le désir d’une rencontre. D’abord ravi, Gru va vite déchanté en voyant combien son frère est meilleur que lui sur de nombreux aspects. Cette rivalité naissante va rendre compliquée la tâche de combattre l’insaisissable Balthazar Bratt qui menace la population…

Notre avis sur le film :

On avait beaucoup ri avec le premier opus et le second opérait une vraie suite, une vraie transformation dans le comportement de Gru. Les filles puis Lucy avaient su faire ressortir ce qu’il y avait de mieux en lui. Ici, la seule nouveauté est celle d’un frère jumeau dont le charisme et l’aisance va réveiller en Gru ses sombres instincts, même s’il finira par combattre le vrai méchant, Balthazar Pratt, un sociopathe oublié dans les méandres de scène audiovisuelle. Les gags s’enchaînent, les cascades aussi, mais on assiste à un sentiment de déjà-vu, où rien ne dépasse, où rien ne surprend. Même la 3D n’arrive pas à apporter ce petit plus de folie qui fait que le film manque cruellement de relief, à tous points de vue. Le scénario est à la fois simple, sans envergure, et terriblement compliqué à expliquer, à en juger par la longueur du résumé sur Allociné. Bon c’est vrai on s’amuse, on sourit des pitreries de Gru et de son frère, de l’innocence exacerbée d’Agnès qui croit dur comme fer qu’elle va trouver une licorne… Mais là encore, le jeu n’est pas joué à fond et la désillusion de la petite fille est bien vite oubliée pour remettre l’action sur le devant de la scène. Un scénario peu inventif, des scènes à répétition, on a l’impression de revivre l’exploitation de la franchise de l’Âge de Glace. Au bout d’une heure et demie, on est divertit, mais sans plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *