France – Danemark : le match culturel

Ny Havn, Copenhague

Ny Havn, Copenhague

De retour d’une escapade de quelques jours à Copenhague, la capitale danoise, je vous livre ici un petit rapport d’étonnement entre la France, mon pays natal que je connais bien, et le Danemark, un nouveau pays et une nouvelle culture que je viens de découvrir.

Lorsqu’on débarque dans la charmante ville de Copenhague, la première chose qui nous marque est sans conteste le nombre de vélos : la majeure partie des habitants utilisent ce moyen de transport fort pratique puisque la ville est sans relief mais également parce que les aménagements le permettent. Chaque usager de la route possède sa voie : les piétons qui restent sur les trottoirs et ne traversent qu’au feu vert, les vélos qui ont des pistes cyclables larges et bien délimitées, enfin les voitures qui font attention aux piétons et aux vélos lorsqu’ils traversent la route. Se déplacer à Copenhague est donc facile et permet de rester serein. Petit plus : les bateaux-bus qui permettent de rentrer chez soi d’une manière assez originale !

Autre sensation immédiate : la sécurité. Les vélos laissés sur les trottoirs n’ont pas d’antivol (en France, on les coupe pour voler le vélo), les contrôleurs de métro sont seuls (en France, ils sont entre 4 et 10, avec renforts policiers) et lors des manifestations, le service d’ordre est réduit au minimum. Chacun semble être conscient que maintenir l’ordre est un devoir pour bien vivre en société.

En revanche, la vie est très chère au Danemark, la TVA est à 25 % et le moindre petit restaurant digne de ce nom est souvent entre 30 et 40 euros (200 à 300 couronnes danoises). Il y a très peu de magasins de souvenirs comme il en pullule à Paris par exemple, par contre vous pouvez rapporter des cadeaux originaux orientés design ou gastronomie.

Comme en France, les gens se promènent beaucoup et profitent de leur ville, que ce soit dans les nombreux parcs ou au bord de l’eau, comme à Ny Havn par exemple. Ici ou là, une chanteuse de rue met l’ambiance et divertit les passants. La douceur de vivre est donc une belle réalité à Copenhague et, en quelques dizaines de minutes en voiture ou en train, on est à la campagne ou au bord de la mer (fjord de Roskilde par exemple à 30 minutes de train de Copenhague).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *