Archive mensuelles: août 2017

Hooten and the Lady, l’aventure n’attend pas

Hooten and the LadyUne série créée par Tony Jordan, James Payne, Jeff Povey, Sarah Phelps
Date de diffusion : 2016
Avec Ophelia LovibondMichael LandesJessica Hynes

Durée : 8 épisodes de 45 minutes

Synopsis :

Hooten, aventurier anticonformiste, fait équipe avec l’historienne intrépide Alex Lindo-Parker pour voyager à travers le globe à la recherche de trésors cachés, du manuscrit de Bouddha à la tombe d’Alexandre le Grand.

Notre avis sur la série :

De l’Amazonie à l’Égypte, Hooten et l’historienne du British Museum Alex Lindo-Parker, Lady de son état, parcourent le monde à la recherche de trésors perdus, à la poursuite de mythes et légendes diverses. Il y a un peu d’Indiana Jones dans le personnage de Hooten : peur de rien, frôlant la mort à chaque seconde, toujours blagueur dans les situations délicates, bref un aventurier complet. Son duo improbable avec une Lady de Sa Majesté, détachée par le British Museum de Londres pour enquêter et rapporter au musée de fabuleuses pièces d’histoire, fonctionne admirablement. Ils font comme s’ils n’avaient pas besoin l’un de l’autre mais inexorablement, ils ne parviennent à résoudre les énigmes qu’ensemble. La vie personnelle des protagonistes empiète peu sur les enquêtes, juste ce qu’il faut pour saupoudrer de légèreté l’ensemble de la série. Chaque épisode est un nouveau voyage et on suit avec délice leurs pérégrinations en quête de trésors cachés, au détour d’un temple secret, au fond d’une grotte millénaire, derrière une porte dérobée. Musique entraînante, humour, action, tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment et, même si la saison 2 ne verra jamais le jour, cette unique saison se termine sur une note originale faisant office de fin. Prêts pour l’aventure ?

War dogs, un mal nécessaire ?

War DogsUn film de Todd Phillips
Date de sortie : 14 septembre 2016
Avec Miles Teller, Jonah Hill, Ana de Armas
Durée : 1h55

Synopsis :

Deux copains âgés d’une vingtaine d’années vivant à Miami Beach à l’époque de la guerre en Irak, profitent d’un dispositif méconnu du gouvernement fédéral, permettant à de petites entreprises de répondre à des appels d’offres de l’armée américaine. Si leurs débuts sont modestes, ils ne tardent pas à empocher de grosses sommes d’argent et à mener la grande vie. Mais les deux amis sont totalement dépassés par les événements lorsqu’ils décrochent un contrat de 300 millions de dollars destiné à armer les soldats afghans. Car, pour honorer leurs obligations, ils doivent entrer en contact avec des individus très peu recommandables… dont certains font partie du gouvernement américain…

Notre avis sur le film :

Long-métrage inspiré de l’histoire vraie d’Efraim Divelori et David Packouz, War dogs nous entraîne dans le business de l’armement américain et de la guerre. Ayant découvert une faille dans le processus d’appel d’offres de l’armée américaine, les deux compères vont réussir à gagner rapidement beaucoup d’argent. Mais lorsqu’ils parviennent à se positionner sur un appel d’offres à 300 millions de dollars, les enjeux ne sont plus les mêmes. Jonah Hill est véritablement l’acteur qui hisse ce film au rang de divertissement dramatique, tant son talent comique et ses éclats de rire s’opposent au drame de la situation et de la guerre. Miles Teller (David Packouz dans le film) est quant à lui tiraillé entre cette ambition de gains rapides pour gâter sa petite famille et sa morale de ne pas contribuer aux guerres. D’un bout à l’autre, le film est divertissant et même si la fin semble inexorable, leur parcours en quête du rêve américain totalement crédible, certaines scènes carrément jouissives comme la traversée du désert irakien. Un bon moment de cinéma, porté par une réalisation classique mais enlevée.

Nous irons tous au paradis, un roman de Fannie Flagg

Nous irons tous au paradis, Fannie Flagg

Un livre de Fannie Flagg
Édition : Le Cherche Midi
ISBN : 978-2749136318
Note personnelle : 16,5 / 20

Acheter le livre sur Amazon

Synopsis :

Elmwood Springs, Missouri. Elner Shimfissle, pétillante octogénaire, dérange un essaim de guêpes en cueillant des figues dans son arbre, se fait piquer et tombe de l’échelle. À l’hôpital, elle est déclarée morte. La nouvelle se propage vite dans la communauté. Tous ou presque évoquent cette femme d’un incroyable optimisme, toujours prête à rendre service. Son décès brutal pousse également ses proches à s’interroger sur le sens de la vie en général, et de la leur en particulier. C’est peut-être Elner elle-même qui, contre toute attente, détient les réponses à leurs questions. Revenue inopinément d’entre les morts, à la grande surprise des médecins et de sa famille, elle rapporte en effet des souvenirs de son bref passage dans l’au-delà. Ceux-ci vont bouleverser l’existence de cette petite ville jusqu’ici bien tranquille.

Notre avis sur le roman :

 » Je ne parlerai pas pour les autres, bien sûr, mais en ce qui me concerne, être une femme m’a procuré de grands bonheurs, je n’ai pas gaspillé une minute de ma vie, qui m’a passionnée du début jusqu’à la fin. « 
Dès les premières pages, on retrouve en Elner Shimfissle la mamie qu’on a tous eue ou rêvé d’avoir. Enjouée, toujours de bonne humeur, curieuse de tout, satisfaite de la vie qu’elle mène, bref une grand-mère heureuse, qui sait que son heure viendra mais qui compte bien en profiter un maximum avant qu’elle n’arrive. Très appréciée de toute la communauté (avec des personnages très hauts en couleurs et parfois volontairement agaçants), elle a donné sans compter tout au long de sa vie et ne regrette rien. Lorsqu’elle arrive au Paradis, elle est plutôt surprise qu’anxieuse. Avant de repartir pour un temps encore sur Terre, elle retrouve quelques-unes des personnes qui comptaient pour elle et comprend enfin le sens de certaines choses qu’elle a longtemps cherché. Qui de l’œuf ou de la poule était le premier ? Car ce sont ça les interrogations d’Elner, pas les faux problèmes que l’on se pose aujourd’hui, de savoir si l’on est suffisamment beau, suffisamment riche ou si l’on vivra suffisamment vieux. C’est un livre qui s’ouvre comme on débute un voyage, on ne sait pas ce qu’on va trouver mais on ne s’ennuie jamais et surtout, on rencontre des gens et on découvre des choses que l’on attendait pas. Tout au bout, une belle morale, celle de vivre simplement à la fois pour soi et pour les autres, toujours en regardant le verre à moitié plein. Merci Elner !