Archive mensuelles: mars 2014

La vie d’Adèle, en quête de subversivité…

La vie d'AdèleUn film de Abdellatif Kechiche
Date de sortie : 9 octobre 2014
Avec Adèle Exarchopoulos, Léa Seydoux, Salim Kechiouche
Durée : 2h57

Synopsis :

Adèle a 15 ans et, pour elle comme pour ses copines, c’est une évidence, une fille, ça sort avec des garçons. Pourtant, sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune artiste aux cheveux bleus. Cette dernière lui fera découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme. Face au regard des autres, Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

Notre avis sur le film :

Compte-tenu du succès retentissant du film, des bonnes critiques presse et pourquoi pas, de sa Palme d’Or, je pouvais m’attendre à un film original et engagé, parfaitement joué, à la fois très actuel et intemporel. Il n’en est rien. Adèle Exarchopoulos porte le film de bout en bout face à une Léa Seydoux dans un rôle dans lequel elle ne parvient pas à entrer complètement. Certaines scènes sonnent faux et ce n’est pas sans compter de nombreuses longueurs, impensables sur un film durant trois heures. La mise en avant des scènes, des expressions et des sentiments passe systématiquement par des gros plans et on en vient même à imaginer ce qui pourrait se trouver en dehors du champ de la caméra tant le malaise que fait naître Kechiche est grand. Mais peut-être est-ce là toute sa volonté. De même, la passion fusionnelle entre les deux jeunes femmes est filmée de manière brute, sans fard, sans limite. Seul point positif pour ce film : le jeu et le charisme à l’écran de la jeune Adèle. On la voit hésiter, s’interroger, tenter, aimer, pleurer, bref grandir tout simplement. Heureusement, car sans cette émotion qu’elle transmet, le film aurait paru encore plus long.

How I live now, entre adolescence, guerre et initiation

How I live nowUn film de Kevin Macdonald
Date de sortie : 12 mars 2014
Avec Saoirse Ronan, George Mackay, Tom Holland
Durée : 1h46

Synopsis :

C’est la première fois que Daisy vient passer ses vacances chez ses cousins britanniques. En pleine crise d’adolescence, la jeune fille perturbée accepte mal son séjour forcé chez une famille qu’elle connaît à peine. C’est alors qu’explose à Londres une bombe nucléaire, précipitant la planète dans la Troisième Guerre Mondiale. Daisy et ses cousins vont tout faire pour survivre et retrouver des repères que les événements leur ont enlevés.

Notre avis sur le film :

Après la prestation de Saoirse Ronan dans Les Âmes vagabondes, ce nouveau film ne dément pas le potentiel de cette jeune actrice à incarner des rôles très différents. Le film est véritablement organisé en trois parties. Dans la première, Daisy, jeune américaine renfermée et bardée de piercings, arrive chez ses cousins anglais, vivant dans une demeure au milieu d’une lande de rêve. Elle va progressivement se détendre au contact de Edmond, son cousin aîné, et pour lequel elle va commencer à éprouver des sentiments. L’explosion de la bombe nucléaire marque le début de la seconde partie du récit et sonne le glas des baignades estivales et des moments d’insouciance. Les enfants sont livrés à eux-mêmes et ils vont tout tenter pour rester ensemble. Lorsqu’ils sont découverts et séparés, Daisy et Edmond se font la promesse de se retrouver. Commence alors le dernier mouvement qui achève le parcours initiatique de Daisy. Comme les jeunes héros chez Spielberg, Daisy fait l’expérience du traumatisme, laquelle passe par le regard. La jeune femme choisit de regarder l’horreur droit dans les yeux, dans l’arrière-cour d’une ferme isolée. Saoirse Ronan porte ainsi How I live now (maintenant c’est ma vie) de bout en bout et prouve qu’elle n’est pas seulement une égérie pour adolescents, mais un jeune talent sur qui compter et qui insuffle à ce récit de construction et de reconstruction de soi, toute sa grâce.

The Grand Budapest Hotel, divinement kitsch et divertissant

The Grand Budapest Hotel

Affiche : The Grand Budapest Hotel

Un film de Wes Anderson
Date de sortie : 26 février 2014
Avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, Saoirse Ronan, Mathieu Amalric
Durée : 1h40

Synopsis :

Au Grand Budapest Hotel, un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres, Gustave H, l’homme aux clés d’or va vivre une grande aventure en compagnie de son garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle. Une variation hilarante, poétique et poignante sur la Vieille Europe autour d’un crime sordide, d’un tableau volé et d’un conflit sur fond d’héritage familial.

Notre avis sur le film :

Le dernier film de Wes Anderson est une comédie d’aventures résolument kitsch et décalée qui nous transporte, au rythme d’un récit narratif à la fois débridé et bien construit, dans un hôtel ô combien singulier : le Grand Budapest Hotel. Il se dresse dans de vertigineuses montagnes et est tenu d’une main de maître par le pétillant Monsieur Gustave, qui divertit au passage quelques résidentes obsolètes. Il incarne avec une grâce infinie la vision mélancolique d’une Europe disparue, dont la douce folie et la quête d’honneur seront écrasées par la cupidité et la barbarie industrialisées. Tout dans ce film n’est que fantaisie poétique et on se laisse porter par un rythme assez soutenu où l’on croisera un grand nombre de personnages hauts en couleur telle une pâtissière pimpante (Saoirse Ronan), une femme de chambre corvéable (Léa Seydoux), un meurtrier de sang-froid (Willem Dafoe)… Le casting est l’une des forces de ce long-métrage de Wes Anderson, chacun des personnages imprimant à l’histoire sa tragicomédie au gré de détails parfois tristes, souvent burlesques, mais d’une grande intensité dramatique.

Le printemps, la saison idéale pour visiter Rome

La ville de Rome est sans conteste l’une des cités les plus riches du monde en termes d’histoire et d’architecture. Située sur les rives du Tibre, « la ville éternelle » ravit chaque année des millions de visiteurs par ses fontaines, ses églises, ses places et son centre historique classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Topexpos Voyages vous emmène grâce à ses reportages exclusifs et ses nombreuses photos dans cette capitale de la chrétienté, où 400 édifices religieux encerclent la cité du Vatican, véritable état dans la ville. Découvrez également la gastronomie italienne et faites du shopping dans les nombreuses boutiques du centre-ville.


Découvrir Rome sur Topexpos Voyages

Rome est donc un lieu où les visites ne manquent pas : Colisée, Forum romain, place d’Espagne, place Navone, Panthéon, fontaine de Trevi… et bien sûr de nombreux musées parmi lesquels les musées du Vatican dont la visite se termine par la célèbre chapelle Sixtine, lieu emblématique des conclaves où sont élus les nouveaux papes.

Profitez bien de votre voyage dans cette ville magique et rencontrez des gens gais et avenants, toujours prêts à vous faire découvrir les mille et une facettes d’une ville chargé d’une histoire millénaire !

Song for Marion, il n’est jamais trop tard pour changer

song-for-marion-affiche

Un film de Paul Andrew Williams
Date de sortie : 15 mai 2013
Avec Terence Stamp, Vanessa Redgrave, Gemma Arterton
Durée : 1h33

Synopsis :

Arthur et Marion, deux retraités londoniens, sont profondément unis malgré leurs différences de caractère et la maladie qui, lentement, ronge Marion. Arthur, morose et asocial, ne comprend pas l’enthousiasme de sa femme à participer à une petite chorale locale, férue de reprises décalées et animée par Elizabeth, une jeune femme dynamique et enjouée.
Mais peu à peu, Arthur se laisse toucher par la gentillesse et la prévenance d’Elizabeth et découvrira, en participant à cette chorale, qu’il n’est jamais trop tard pour changer et que s’ouvrir aux autres est le remède miracle d’une solitude parfois bien difficile à supporter.

Notre avis sur le film :

De prime abord, le scénario parait bien classique et l’on parierait presque sur un ennui pesant. Et pourtant ! La qualité première de ce film est le jeu très juste des acteurs. Vanessa Redgrave resplendit malgré la maladie qui la touche et rien ne semble assombrir son horizon, ni la perspective de la mort prochaine, ni le caractère grognon de son mari qu’elle aime tant. Gemma Arterton, la sympathique et pétillante animatrice de cette chorale originale, dont les membres prennent un plaisir certain à interpréter des chansons parfois osées. Terence Stamp, enfin, la vraie star de ce film, absolument parfait dans son rôle de vieil homme bourru, asocial et fâché avec la terre entière, à commencer par son propre fils. Il réussit la prouesse de s’ouvrir lentement aux autres et à la musique et comprend, in fine, ce qui animait Marion dans cette volonté de participer coûte que coûte à cette chorale. Le final est saisissant et d’une grande intensité.

La mort en face, de Cody McFadyen

La mort en face

Un livre de Cody McFadyen
Édition : Pocket (9 septembre 2010)
ISBN-10 : 2266181777
Note personnelle : 17 / 20

Acheter le livre sur Amazon

Synopsis :
Sarah, seize ans, un pistolet sur la tempe, menace de se suicider si l’agent Smoky Barrett ne vient pas lui parler. A côté d’elle gisent dans le sang les cadavres éventrés de sa famille adoptive. Traumatisée par les meurtres de sa fille et de son mari, Smoky avait décidé de prendre du recul, peut-être même de quitter le FBI.

Elle va pourtant répondre à l’appel désespéré de Sarah : celle-ci se dit persécutée depuis dix ans par un serial killer qui assassine tous ses proches, selon des scénarios toujours plus pervers et plus effrayants. Psychopathe méthodique et implacable, celui qu’elle appelle « l’Etranger » s’acharne sur ses victimes avec une violence inouïe.

Maître dans la douleur, il a fait subir d’atroces souffrances physiques et morales à toutes les personnes qu’elle aimait. Plus que sa proie, il voit en Sarah son chef-d’oeuvre. L’oeuvre de toute une vie. Toute une vie d’horreurs…

Notre avis sur le roman :

Dès les premières pages, on est happé par l’histoire conjointe de Sarah, la victime persécutée par un tueur sanguinaire depuis de nombreuses années, et Smoky, l’agent du FBI très douée mais également marquée à jamais par la violence.

Sarah d’abord : jeune fille heureuse qui voit du jour au lendemain sa vie basculer. Un tueur s’empare de la vie de ceux qu’elle aime le jour de son anniversaire, devant ses yeux ! Et à chaque fois qu’elle s’attachera de près ou de loin à quelqu’un, cette personne sera férocement et brutalement supprimée de la vie de Sarah. Sans raison apparente, ce serial killer a donc décidé de ruiner la vie de Sarah.

Smoky ensuite : jeune femme brillante à la tête d’une unité du FBI, elle a connu un malheur immense lorsqu’un tueur qu’elle traquait eut décidé de s’en prendre à sa famille. Depuis, elle panse ses plaies affectives et ses cicatrices auprès de Bonnie, une jeune fille au destin tragique qu’elle a recueillie.

La violence est omniprésente dans ce thriller haletant où l’auteur ne nous laisse aucun répit. Le rythme du récit ainsi que sa construction en font une des références du genre.

Bonobos, la nature préservée

Bonobos affiche

Un film d’Alain Tixier
Date de sortie : 30 mars 2011
Avec Claudine André
et les voix de Sandrine Bonnaire, Emmanuel Curtil
Durée : 1h30

Synopsis :
Au cœur du Congo, Claudine André nous emmène découvrir une espèce de grands singes que l’on ne trouve nulle part ailleurs, les bonobos. Grâce à la réserve qu’elle a créée,  Lola ya Bonobo, littéralement le Paradis des bonobos, elle contribue à la protection de cette espèce menacée d’extinction. Elle va notamment accueillir Beni, un petit singe capturé et maltraité par les hommes. Avec l’aide des « mamans » de la réserve, elle va apprendre à Beni à vivre en communauté et à affronter les dangers de la jungle.

Notre avis sur le film :

L’histoire de Claudine André est admirablement retranscrite à travers le périple de Beni, le petit singe orphelin. Depuis 1998, cette femme hors du commun aime et protège l’une des espèces de grands singes en voie de disparition, les bonobos. Ce primate est doué d’une intelligence et d’un comportement social très développés et il est génétiquement le singe le plus proche de l’homme.

Tourné sous forme de documentaire, ce film nous permet de suivre l’histoire chaotique du petit Beni mais également de découvrir les caractéristiques de son espèce. Un film pour tous les passionnés de nature mais également pour les enfants qui, outre le côté instructif sur la protection des espèces, y verront également des animaux joueurs, en parfaite harmonie avec leurs amis humains. Un moment d’émotion !

Topexpos Voyages : photos, reportages, guides

Voyager est un plaisir qui rythme la vie de chacun : seul ou à plusieurs, c’est l’occasion de faire une pause dans notre vie et de partir à la découverte de nouveaux horizons.

Notre site Topexpos Voyages, lancé en 2009, vous propose de découvrir des contrées lointaines mais également des curiosités proches de chez vous. Nul besoin de voyager loin pour faire de belles découvertes !

Grâce à un contenu de qualité et régulièrement enrichi, voyagez en toute sérénité et partagez vos récits de voyage et vos bons plans avec les autres lecteurs du site.

Topexpos Voyages

Topexpos Voyages rassemblait déjà, à la fin de l’année 2013 :

  • Près de 2000 photos et cartes postales pour contempler des clichés authentiques, des paysages à la nature préservée, un patrimoine hors du commun, des gens uniques ;
  • 19 reportages pour s’initier aux traditions ancestrales des quatre coins du monde, s’informer sur les us et coutumes des habitants, bref trouver une nouvelle façon de voyager ;
  • 7 guides de voyage complets, directement téléchargeables au format PDF, pour vous permettre de préparer au mieux votre voyage.

Mais aussi des récits de voyages, des bons plans, des jeux et un espace pour partager vos expériences !

Topexpos Voyages

Visiter le site Topexpos Voyages

 
Bonne visite de notre site et n’hésitez pas à nous laisser vos impressions et vos suggestions dans les commentaires.